(Cliquez ici pour la version Française france-icon)

Yesterday I willingly ate gluten for the first time in 4 or 5 years.

Well, not counting the beers.

I wanted to know what would be the price to pay.

It’s hard to say for certain, given that I was travelling all through last week,  and I had a bit of a crazy month, between Tokyp, Nara, Tokyo…

Here is what I observe for certain,  comparing with how I felt yesterday, before the gluten but after 6 hours of train, and also with how I felt after my 2 soba meals, 2 weeks ago :
– Great exhaustion, that happens suddenly about 30-60 min after absorption.
– At about the same time, resilience to stimulus dramatically decreased, to the point of experiencing touch, light and sounds painfully.
– Social behaviour tedious to control. A lot of thoughts “in a loop”, negatives, repetitive.
– Sleepiness ippossible to resist, for 12 to 15 hours. Very deep sleep (it can’t be all bad).
– Nerves sensitive to painful for at least 12h, with “pins and needles” for 6 to 10 hours.
– Awoken by hard and painful stomach. Intestines below left coasts in particular.

At times the whole intestinal region burns acidic, or has sharp pins and needles. The whole afternoon of the next day, constipation pains and raw intestines pain.
– Patience for everything and social potential after waking up very low. For how long?…

Don’t want to talk, even to 1 person at a time, and even a very nice person. Kind of latent anger, aggressiveness, restlessness hard to manage at rationalise. The sound of human life (clothes drying in the wind, laughter or sport shouts away by the river, trains, cars, kitchen etc) are hard to deal with. Put me ill at ease and irritate.

Paradox of the blue sky inviting to go out, and agoraphobia,  and misanthropy, thus slight depression.
– Will to tick down my to-do list and simultaneously a background thought taking over “not now”, “it’s too irritating”, “you wont do it right”.
– Slow, heavy, interrupted, stupid, short thinking, when even existing. A lot of “blank”.
– Very strong pull to stay in bed, read and sleep, ignore it all, even when I also want to go out and make the best of the beautiful weather, and that I know that if I don’t do something before the 2d half of the afternoon,  my mood will worsen from the feeling to having spoiled the day, and the difficulty to rationalise.
That pull was there yesterday before the gluten, but immensely more manageable. Proof: I had the strength and even the wish to be a part of the welcoming party.
– Nervous fatigue (nor really physical,  not really mental, but still a little of both)

– Slight headache that worsen to a heavy buzzing with pressure when I speak or interact with people.

– About 20 to 24 hours after the meal, very think skinned, need for gentleness and tenderness.

– Light fever, sour throat.

If my experience from 2 weeks ago is to be trusted, it will take me a few days to recover, if ‘ot the whole week.

Such a silly idea…

For all of 3 gyozas.

Gluten, never again. No soba, no ramen, no gyozas, no udon…

 

 

Français

Hier j’ai mangé du gluten volontairement pour la première fois depuis 4 ou 5 ans.
Enfin, sans compter les bières.
Je voulais savoir quel était le prix à payer.

C’est difficile à dire, vu que j’ai voyagé toute la semaine, et que j’ai eu un mois un peu intense, entre Tokyo, Nara, Tokyo…

Voici ce que j’observe de manière certaine, en comparant avec comment je me sentais hier, avant le gluten mais après 6h de train, et aussi avec comment je me suis senti-e après mes 2 repas de soba, il y a 2 semaines :
– Grande fatigue qui tombe brusquement environ 30 min-1h après l’absorption.
– À peu près simultanément, résistance aux stimulus réduite de manière très conséquente, au point d’avoir le toucher, les lumières et les bruits douloureux.
– Comportement social fastidieux à gérer. Beaucoup de pensées en “roue libre”, négatives, répétitives.
– Besoin de sommeil irrésistible, pendant 12 à 15h. Sommeil très profond (il peut pas y avoir que du mauvais).
– Nerfs sensibles à douloureux pendant au moins 12h, avec picotements pendant 6-10h.
– Réveillé-e par le ventre dur et douloureux. Intestins sous les côtes gauches en particulier. Parfois toute la zone intestinale brûle acide, ou picotements. Tout l’après midi du lendemain, des douleurs de constipation, et des douleurs d’intestins à vif.
– Patience envers tout et capacités sociales après le réveil très réduites. Durée à voir

Pas envie de parler même à une seule personne à le fois, même très gentille. Sorte de colère latente, agressivité, agitation difficiles à gérer et à rationaliser. Le son de la vie humaine (linge qui bruisse au vent, cris de joie ou de sport au loin vers la rivière, trains, voitures, cuisine etc) sont difficiles à gérer. Mettent mal à l’aise et irritent.
Paradoxe du beau temps qui invite à sortir et de l’agoraphobie, et misanthropie, donc tendances dépressive.
– Envie de faire des “tâches” qui me feraient cocher des éléments de ma liste “à faire” et en même temps une pensée de fond qui prend le dessus “pas maintenant”, “c’est trop énervant”, “tu le fera mal”.
– Réflexion lente, lourde, hachée, stupide, courte, quand existante. Beaucoup de “blancs”.
– Envie très forte de rester au lit, lire et dormir, ignorer tout, même alors que j’ai aussi envie de sortir profiter du beau temps, et que je sais que si je ne fais pas quelque chose avant la 2e moitié d’après-midi, mon moral sera pire du sentiment d’avoir gâché la journée, et de la difficulté  rationaliser.
La tendance était là hier soir avant le gluten, mais infiniment plus gérable. La preuve : j’ai eu la force et même l’envie de participer au dîner d’accueil.
– Lassitude nerveuse (donc ni vraiment physique ni vraiment mentale mais quand même un peu des deux)

– Léger mal de tête qui empire en bourdonnement et pression quand je parle ou que j’interagis avec les gens.

– 20-24h après environ, les nerfs à fleur de peau, besoin de douceur et de tendresse.

– État fébrile, mal à la gorge.

Si j’en crois mon expérience d’il y a deux semaines, je vais mettre plusieurs jours, sinon la semaine, à m’en remettre.

Mais quelle idée…

Tout ça pour 3 gyozas.

Le gluten, plus jamais. Pas de soba, pas de ramen, pas de gyozas, pas d’udon.

Advertisements